Robert Desautels

Robert Desautels

Né en 1949, Robert Desautels vit et travaille à Montréal. Le caractère perceptible de sa prédisposition artistique se manifeste dès le collège où il se lance dans la peinture en transposant des techniques ainsi que les thèmes abordés dans ses cours d’histoire de l’art.

 

 

 

Dès les années ’70, Desautels fait sentir sa présence sur la scène artistique montréalaise dans les mouvements d’avant-garde : Art performance, Installation, etc. Il expose entre autres à la Maison des Arts de la Sauvegarde ainsi qu’à l’Association des Sculpteurs du Québec. 
Peu à peu, il délaissera les installations et performances avant-gardistes pour se consacrer uniquement à la peinture.

 

Les années ’80, avec le mouvement des peintures en direct aux Foufounes Électriques, lui permettront de devenir chef de file de toute une génération. La collection Lavalin s’intéressera à sa peinture et fera l’acquisition de plusieurs de ses toiles, qui se retrouvent aujourd’hui au Musée d’art contemporain de Montréal. Parallèlement, il expose à New York à la Pat Hearn Gallery, où il connaît un vif succès. De retour à Montréal, il poursuit sa recherche sans compromis, côtoyant les Vaillancourt, Lemoine, Deschênes et autres mentors de la scène artistique. Desautels pousse l’audace jusqu’à former un groupe de peinture, le groupe P.D.G., avec ses amis de longue date : Michel Pedneault et Pierre Gaudreau. L’originalité du groupe se résume à peindre à trois simultanément sur une même toile. Le groupe P.D.G. devient un peintre en soi et les résultats sont convaincants. Il se produit en public, l’envoûtement est instantané. Cette réaction mènera le groupe à performer à New York, Paris, Bruxelles et partout au Québec.

Depuis, Desautels poursuit sa carrière, continuant à peindre avec obstination. Sa réputation ne cesse de grandir.

 

 

Desautels-Salade de Fruits-1983

Salade de Fruits

Salade de Fruits a été créé à New York
pour la Pat Hearn Gallery NYC en 1984

« The glaring Neo-Surrealist canvases of Bob Desautels fall into two loose categories : pastoral landscapes and still lives, and explosive, two figure scenes of violent interaction. The constant in his work, regardless of subject is a puckish attitude that mocks convention and provokes its audience. (…) In the still life Salade de Fruits, he places a traditionnal arrangement of eatables on a flat red ground that doesn’t quite stretch to the edges of the picture plane. Instead, it dribbles off unfinished, with individual drips hanging down like stalactites. To each of these Desautels has added a shadow line to both further his gamesmanship and our perplexity. (…) »

Timothy Cohrs, Bob Desautels at Pat Hearn Gallery, The Village Voice, New York, 1984